vendredi 26 février 2016

Plaid hexies (10)

Petit à petit, brindille après brindille, l'oiseau fait son nid. Petit à petit, petit hexagone après petit hexagone, je couds ce plaid.
fin janvier                                      fin février
On ne se l'imagine pas, mais l'avancée représente tout de même plusieurs* dizaines d'heures de petits points serrés. Le plaid reste encore très biscornu, mais je compte bien lui donner une forme rectangulaire. J' y retourne dès ce soir, c'est encore loin d'être terminé.

* on peut dire "plusieurs" dès que ça dépasse "un", non ? ;o)

15 commentaires:

  1. C'est un travail de titan bon courage

    RépondreSupprimer
  2. it might be slow stitching but it is so worth it I find hand stitching so much more relaxing than the machine if only the finger joints would cooperate more

    RépondreSupprimer
  3. Tu n'as "plus que" le même travail que tu as fait entre ces 2 photos, peut-être un peu moins même, tu as rudement bien avancé, j'admire ta persévérance ! bonne continuation, tu as bien gagné le droit à une petite récréation !

    RépondreSupprimer
  4. oh dis donc que de petits hexagones !

    RépondreSupprimer
  5. Que de petits hexagones ! Le rendu est joli

    RépondreSupprimer
  6. Quel boulot ! Tu auras de quoi être fière lorsqu'il sera terminé !

    RépondreSupprimer
  7. Je suis d'accord avec coeur de freesia, quel boulot !!!!!
    Ça rend bien sinon.
    Bon we

    RépondreSupprimer
  8. J'aime bcp ta façon de méler tes hexies ... Je "m'y suis collée" pendant plus de 2 ans ... J'avais besoin de réaliser "quelque chose" suite à un deuil ... Lorsque j'ai "démarré" je n'ai pas osé les monter ainsi ... J'ai donc fait des fleurs ...

    RépondreSupprimer
  9. Épatant, je suis parfaitement impressionnée

    RépondreSupprimer
  10. De plus en plus impressionnant !!!

    RépondreSupprimer
  11. Très beau nid et j'imagine bien qu'on peut parler de plusieurs dizaines d'heures ... Impressionnant et très beau

    RépondreSupprimer

Merci, c'est très sympa de laisser une trace de ton passage